Médecine siddha

siddha medicine

siddha medicine

Pour une optimisation de la consultation du site, ouvrir avec Mozilla Firefox

FABRICATION MÉDICINALES

QUELQUES PREPARATIONS MEDICINALES

Il existe de nombreux types de préparations dans la médecine siddha. Un certain nombre d’entre elles sont communes à l’ayurveda et au siddha, bien qu’il puisse y avoir de petites variations au niveau de la procédure et des ingrédients. Les préparations les plus communes sont: kutinir (décoction de plantes légèrement réduite), kasayam (décoction), tailam (huile médicinale), lekiyam (électuaire), curanam (poudre de plantes sèches). Les produits suivants, plus complexes ne sont pas fabriqués par tous les praticiens traditionnels à cause du temps de fabrication et du prix des ingrédients: matirai et gulikai (comprimés et pilules composés de plantes et/ou métaux), parpam préparation souvent calcinée à base de minéraux et de métaux), centuram (poudre rouge obtenue après calcination de métaux et sels ou à base d'ocre), meluku (préparation semi-solide à base de mercure ou de pasanam) etc. Il existe également quelques produits obtenus par des procédés complexes de iatrochimie que les praticiens siddha sont fiers de montrer comme les kattu, complexes métallique à base d’arsenic et de sels très compacts.
Les préparations ci-dessous ont été photographiées au Gouvernment Siddha College de Palayamkottai ainsi que chez plusieurs praticiens traditionnels.

KASAYAM

Un kasayam est une décoction, en générale de plantes, concentrée quatre à cinq fois. Lorsque les patients sont externes, les praticiens traditionnels leur vendent des paquets de plantes accompagnés des instructions pour préparer eux-mêmes le kasayam. Le kasayam présenté ici est à base de poulet; il est donné aux patients faibles et dénutris. La procédure est simple : la chair de poulet fraîchement découpée est enveloppée dans un tissus qui est plongé dans de l’eau bouillante dans laquelle un curanam a été ajouté. Le bouillon est réduit puis filté et consommé après refroidissement. Dans une autre clinique, la chair de grenouille est utilisée pour préparer un kasayam destiné également à fortifier des patients très affaibli.

TAILAM

Le tailam est une huile médiquée fabriquée par tous les praticiens qui ont chacun leur recette. Ces huiles sont essentiellement externes et utilisées pour les différents massages et quelques traitements comme le nasiyam. La préparation de ces huiles est variable du point de vue des ingrédients. En général, elle comprend un jus de plusieurs plantes fraîchement cueillies qui est mis à bouillir dans lequel on rajoute un mélange de plantes séchées et pulvérisées manuellement ou mécaniquement, puis différentes huiles. Le mélange est chauffé jusqu’à évaporation totale de l’eau. Quelques fois le jus de plante est exposé plusieurs jours au soleil pour augmenter ses propriétés médicinales.

TAILAM À BASE D’OEUF

Ce tailam se différentie des précédents car il est extrait des jaunes d’œufs. Il est réalisé de manière identique au college siddha et chez le praticien traditionnel. Il est administré aux patients qui souffrent de troubles de la parole; une goutte de cette huile est déposée sur la langue.

-------------

PURIFICATION DES MATÉRIAUX

La purification (cutti) des matériaux bruts utilisés en médecine siddha est une étape considérée comme fondamentale pour assurer la qualité et l’innocuité des médicaments. Elle concerne les métaux et les minéraux mais aussi certaines plantes qui sont purifiées dans du lait ou qui sont débarrassées de leur épicarpe. Les ingrédients les plus usités pour la purification sont le jus de citron ou de certaines plantes, l'eau de noix de coco tendre, la chaux vive. Le feu est également un agent de purification des matériaux.

RASA

Le mercure est purifié sur une meule (kalvam) avec une poudre de briques, puis un curanam et du curcuma. Après deux jours de broyage intermittent, le mercure est collecté dans un pot en terre. Il est ensuite chauffé avec un volume précis d'un jus de plante. Il est ensuite lavé et prêt à être employé pour la préparation de médicaments.

LINGAM

Le lingam est un sulfure de mercure ou cinabre (HgS) très utilisé dans la médecine siddha. Sa purification s’effectue en deux temps: il est trempé dans du citron pendant une journée, puis lavé. Il est ensuite bouilli durant plusieurs heures dans un jus de plantes, puis lavé.

TURUCU

Si le lingam ne change pas de couleur après les traitements, ce n’est pas le cas du turusu (sulfate de cuivre) qui subit une forte transformation après un trempage dans du jus de citron et une longue exposition à la lumière du jour.

CALCINATION

Dans la pharmacie d'un Siddha College, la calcination des produits (parpam, centuram) s’effectue dans des putankal. Ces pots sont assemblés avec plusieurs épaisseurs de bandes de tissus imprégnés de terre blaise, puis sont mis à sécher.
La fosse à calcination est remplie de bousats (galettes faites d’un mélange de bouse de vache et de paille et séchées), les pots sont déposés dans la fosse qui est ensuite comblée de bousats. Le feu est allumé le soir aux bousats qui brûleront toute la nuit. Les pots ne sont retirés que deux jours après lorsque la fosse soit complètement refroidie.

La calcination pratiquée dans le jardin de l'association Madurai Citta Vaithya Sangham consiste à recueillir de l’huile d’un arbre spécifique. Le bois est placé dans le pot qui est serti comme précédemment. Les pots percés de trous sont déposés sur des bols, puis ils sont entourés et recouverts de bousats. Le feu est mis aux bousats. L’huile est recueillie le lendemain, avec précaution. Cette huile, à usage interne, est donnée aux patients en fin de vie.

CANKU PARPAM: Processus de purification et de calcination

La serie de photographies a été prise durant les cours organisés par un praticien traditionel qui enseigne conjointement le yoga et le siddha. Les coquillages (canku) sont mis à tremper dans du jus de citron afin de les débarasser des déchets organiques et des impuretés, et sont ensuite lavés. Après ce procédé de purification, les coquillages sont placés dans des putankal (sorte d'assiettes en terre cuite) qui ont été précédemment enduits d'un broyat de feuilles fraîchement pilées. Les coquillages sont ensuite recouverts de ce broyat de feuilles et les putankal sont scellés par plusieurs couches de tissus imprégnés de terre glaise. Les putankal sont séchés au soleil, puis placés dans la fosse de calcination qui est remplie de bousats. Les bousats sont allumés. Les putankal sont récupérés deux jours après, puis ouverts. Les cankukkal calcinés sont longuement broyés jusqu'à l'obtention d'une très fine poudre. La poudre qui est ensuite conditionnée, sera consommée avec du ghi (beurre clarifié) ou du miel, selon la maladie et le tempérament du patient.